Hydrogéologie de Djibouti

From Earthwise
Revision as of 16:28, 12 February 2019 by Beod (Talk | contribs) (Created page with " L'Atlas de l'eau souterraine en Afrique >> Hydrogéologie par pays >> Hydrogéologie de Djibouti '''Re...")

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)

Jump to: navigation, search

L'Atlas de l'eau souterraine en Afrique >> Hydrogéologie par pays >> Hydrogéologie de Djibouti


  Read this page in English: : Hydrogeology of Djibouti  Flag of the united kingdom.png


Djibouti, où la mer Rouge rejoint le golfe d'Aden et l'océan Indien, à la croisée des chemins reliant l'Afrique au Moyen-Orient et à l'embouchure du canal de Suez, a toujours été une plaque tournante du commerce. La région de Djibouti d'aujourd'hui faisait autrefois partie d'une série d'anciens royaumes étroitement liés à l'Éthiopie et à l'Égypte anciens. Sa proximité avec la péninsule arabique signifie que l'islam a été adopté très tôt. Il a ensuite été colonisé par la France à la fin du 19éme siècle et la construction de chemins de fer menant à l’Éthiopie en a fait un important port régional. Elle a obtenu son indépendance sous le nom de République de Djibouti en 1977. Le premier président du pays indépendant est resté au pouvoir jusqu'en 1999. Dans les années 90, le pays a connu une guerre civile qui s'est soldée par un accord de partage du pouvoir en 2000. Depuis 2000, des épisodes troubles civils et un certain nombre d’élections contestées, mais globalement, Djibouti est perçue au niveau international comme ayant été relativement stable sur le plan politique.

Cette situation, combinée à la situation stratégique de Djibouti, a conduit à l’installation d’un certain nombre de bases militaires pour le personnel étranger, ainsi que la présence de ports régionaux importants, qui génèrent la majeure partie des recettes nationales. C'est une plaque tournante pour les forces navales internationales luttant contre la piraterie sur l'une des routes maritimes les plus fréquentées au monde. Les relations extérieures sont donc très importantes pour la stabilité économique du pays. Le franc djiboutien est lié au dollar américain. L’économie est dominée par le secteur des services, qui représente 80% du PIB, les activités commerciales étant axées sur les politiques de libre-échange et les liaisons de transport du pays. L'industrie, y compris la pêche et la transformation du poisson, ainsi que la production croissante de sel, représentent environ 17% du PIB. L'environnement désertique limite la production agricole, qui ne représente que 3% du PIB. Les populations rurales ont traditionnellement misé sur le pastoralisme nomade, mais la population rurale est désormais réduite: les trois quarts des habitants de Djibouti vivent dans les villes. Ses ressources naturelles limitées font que Djibouti dépend fortement de ses importations d’énergie et de produits alimentaires. Malgré l'importance des services pour l'économie, le taux de chômage est très élevé. Néanmoins, la stabilité politique relative signifie également que le pays est devenu un important pays de passage pour les réfugiés, les demandeurs d'asile et les migrants économiques des pays voisins.

Djibouti est un pays aride caractérisé par des précipitations faibles et irrégulières, des ressources en eau de surface limitées et reposant presque entièrement sur les eaux souterraines pour l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation. L'augmentation de la demande en eau a conduit à une exploitation intensive des eaux souterraines provenant principalement d'aquifères volcaniques à travers le pays, entraînant une chute du niveau des eaux souterraines et une détérioration de la qualité des eaux souterraines dans de nombreuses régions. Les sécheresses périodiques de ces dernières années, avec une recharge réduite, ont exercé une pression encore plus grande sur les ressources en eaux souterraines.

Auteurs

Dr Kirsty Upton, Brighid Ó Dochartaigh British Geological Survey, Royaume-Uni

Dr Imogen Bellwood-Howard, Institute of Development Studies, UK

Traduit par Ahmed Zeggan, azeggan translation, Edinbourg, Royaume-Uni.

Merci de citer cette page comme suit: Upton, Ó Dochartaigh et Bellwood-Howard, 2018.

Référence bibliographique: Upton K, Ó Dochartaigh BÉ et Bellwood-Howard, I. 2018. Atlas des eaux souterraines en Afrique: Hydrogéologie de la République démocratique du Congo. British Geological Survey. Consulter [la date à laquelle vous avez accédé à l’information].

Termes et conditions

L'Atlas des eaux souterraines d'Afrique est hébergé par le British Geological Survey (BGS) et contient des informations provenant de sources tierces. Votre utilisation des informations fournies par ce site est à vos risques et périls. Si vous reproduisez des diagrammes qui incluent des informations de tiers, veuillez citer à la fois l'Atlas des eaux souterraines d'Afrique et les sources tierces. Consultez les conditions d'utilisation pour plus d'informations.

Cadre géographique

Djibouti. Carte développée à partir de USGS GTOPOPO30; des domaines administratifs mondiaux GADM; Et Révision des Perspectives Mondiales de l'Urbanisation de l'ONU. Pour plus d'informations sur les groupes de données utilisés pour développer la carte, consultez la page des ressources géographiques (en anglais).

Général

Capitale Djibouti
Région Afrique de l'Est
Pays frontaliers Érythrée, Éthiopie et Somalie
Superficie totale * 23 200 km2 (2 320 000 ha)
Population estimée (2015)* 887 900
Population rurale (2015)* 192 100 (22%)
Population urbaine (2015)* 695 800 (78%)
Indice du développement humain des Nations Unies [le plus haut = 1] (2014)* 0,4704

* Source: FAO Aquastat



Revenir aux pages d'index: l'Atlas de l'eau souterraine en Afrique >> Hydrogéologie par pays