Hydrogéologie de le République du Congo

From Earthwise
Revision as of 16:38, 14 February 2019 by Beod (talk | contribs) (Created page with " L'Atlas de l'eau souterraine en Afrique >> Hydrogéologie par pays >> Hydrogéologie de la République du C...")
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to navigation Jump to search

L'Atlas de l'eau souterraine en Afrique >> Hydrogéologie par pays >> Hydrogéologie de la République du Congo


  Cette page et encore en developpement


  Read this page in English: : Hydrogeology of Republic of Congo   Flag of the united kingdom.png


La plupart des informations textuelles sur cette page sont extraites du chapitre consacré au Congo dans le rapport «Les eaux souterraines en Afrique orientale, centrale et australe» (ONU 1989). Cette information est obsolète. Si vous avez des informations plus récentes sur l'hydrogéologie de la République du Congo, contactez-nous.


Les peuples parlant la langue bantoue dominent la région de l'actuelle République du Congo (également connue sous le nom de Congo-Brazzaville) depuis plus de 3000 ans, plusieurs royaumes y aient établis des liens commerciaux le long du fleuve Congo. Entre le XVème et le XIXème siècle, le commerce a commencé à inclure des marchands européens. À la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, les colonisateurs français ont pris le contrôle du territoire de la République du Congo au sein de la colonie de l'Afrique équatoriale française. L’intérêt colonial français dans la région portait sur l’extraction de ressources naturelles, y compris le travail forcé. La République du Congo a accédé à l'indépendance en 1960. Au cours des premières décennies qui ont suivi l'indépendance, le pays a connu de graves troubles civils et militaires et des alliances politiques changeantes, notamment une période d'alignement avec l'Union soviétique. Une courte période de démocratie multipartite dans les années 90, était caractérisée par des réformes économiques et un ajustement structurel, mais elle a été suivie par une guerre civile qui a abouti à un traité de paix en 2003. Depuis cette période, bien que le pays ait encore nominalement un système politique multipartite, les élections ont été disputées et des troubles sporadiques se poursuivent.

L’économie est fortement tributaire du pétrole. La production et les exportations de pétrole représentent environ 65% du PIB et 85% des recettes de l’État. Le pays est donc extrêmement vulnérable aux fluctuations des prix mondiaux du pétrole et la croissance économique a considérablement ralenti après la chute des prix du pétrole en 2015. Le bois est la deuxième principale exportation après le pétrole: les forêts tropicales couvrent environ 60% de la superficie totale du pays. L'agriculture de subsistance est l'activité de subsistance la plus importante; l'élevage est moins important. Au total, l'agriculture représente moins de 10% du PIB - les principales cultures d’mexportation sont la canne à sucre et le tabac - et le pays importe une partie de ses besoins alimentaires. Le pays possède d’importantes ressources minérales autres que le pétrole, qui reste largement inexploité, notamment l’or, le fer, les autres métaux de base et le phosphate.

Le pays dispose de vastes ressources en eau, de surface et souterraines, y compris de nombreuses grandes rivières pérennes et des aquifères perméables répandus, en particulier dans le centre et le nord du pays.